L’air comprimé

 Source importante d’ économie énergie   Air comprimé

Objectif n°1:  limiter l’utilisation de l’air comprimé et travailler à la pression la plus basse possible:

L’air comprimé a des avantages:

  • sécurité d’utilisation en ambiance humide, explosive, en vase clos
  • évite les surcharges
  • possibilité de miniaturisation, simple, fiable et facile d’entretien.

En industrie agroalimentaire, il est utilisé pour de trop nombreuses applications :

  • force motrice: vérins, actionneurs vannes, vibreur et  plus rarement: moteurs, pompes (à éviter)
  • soufflage: produit, nettoyage (à éviter) > privilégier l’aspirateur
  • process: foisonner,  fluidiser, …
  • refroidissement (par détente) > non
  • production de vide > uniquement pour les petits préhenseurs
  • et avec de l’imagination … il y en a beaucoup d’autres

L’air comprimé a un gros inconvénient: il coûte cher à produire.

En force motrice, le prix du kWh pneumatique est 20x supérieur au prix du kWh électrique.

Donc, à moins de répondre à l’un des avantages cités précédemment, il vaut mieux investir dans des solutions alternatives pour faire des économie énergie – air comprimé.

 

Objectif n° 2:  traiter les fuites

Les fuites représentent souvent de 20 à 30 % de la consommation.

Le % de fuite est un indicateur qui mérite d’être calculer au moins trimestriellement. Un moyen simple d’estimer les pertes:

 > si vous avez un compteur électrique divisionnaire pour l’air comprimé: utiliser les relevés compteurs;

> sinon: utiliser les temps de fonctionnement en charge du compresseur.

  • 1er relevé R1: pendant 24h lors d’un arrêt usine.
  • 2éme relevé R2: sur une semaine complète.
  • Pertes (%)=  7 x R1 /R2 x 100

Le coût d’une fuite d’air comprimé à 7 bars:

économie énergie air comprimé: Cout fuite d'air

La production d’air comprimé:

En agroalimentaire, l’air comprimé doit répondre à un certain nombre de contraintes qui seront détaillées dans la partie: Gestion des risques.

La consommation électrique pour l’air comprimé est souvent comprise entre  7% et 10 % (et avec 20-30% de fuites: l’ économie énergie – air comprimé à un fort potentiel).  Le coût de l’air comprimé sur une bonne installation reste supérieur à 0,7 centime d’€/Nm3.

Les paramètres clés sont :

  • La pression:  obtenue par les compresseurs. Pression qu’ils devront maintenir en fournissant le débit nécessaire.
  • Le point de rosée, obtenu grâce:
    • aux sécheurs frigorifiques (pour un point de rosée supérieur à 5°C)
    • aux sécheurs par absorption – souvent plus énergivore (pour un point de rosée inférieur à 5°C)
    • et des purgeurs pour évacuer l’eau condensée.

Les points clés permettant une économie énergie air comprimé:

  • un bon refroidissement des compresseurs : 
    • échangeur propre
    • ventilateurs en état de fonctionnement
    • les températures du compresseur doivent être suivies
  • une bonne maintenance des équipements et une surveillance des pertes de charge des filtres,
  • une gestion centralisée des compresseurs pour limiter les marches à vide et éviter une pression réseau trop haute,
  • un bon dimensionnement du réseau pour limiter les pertes de charge et donc les baisses de pression en fin de ligne.

Pour une économie énergie  air comprimé: étudier la possibilité d’installer une récupération de chaleur sur le refroidissement du compresseur.

La suite:  Débit et pertes de charge                                                                                              Retour:  Page accueil

 Pour plus d’informations: Me contacter