Audit et connaissance des installations

« Ce qui ne peut pas être mesuré ne peut pas être géré. »

Encore faut-il savoir ce qu’il faut mesurer pour pouvoir agir efficacement.

…  et pour cela, il faut connaître ses installations.strategie energetique: visualiser les flux suite à un audit énergétique

Un bon moyen reste de faire un audit énergétique des installations.

La connaissance de ses installations est le point de départ pour de nombreux sujets:

  • gérer l’adéquation entre la fourniture de l’énergie et les besoins du process
  • identifier les opportunités d’amélioration et d’économie
  • identifier les bons indicateurs pour gérer efficacement les consommations d’énergie.

L’audit énergétique:

Pour les entreprises de plus de 250 personnes ou dont le C.A. > 50 M€ ou   le bilan dépasse 43 M€, l’audit énergétique est obligatoire tous les 4 ans. (suite à une directive européenne 2012/27/UE, Décret n° 2014-1393 du 24 novembre 2014).  Les entreprises certifiées ISO 50001 – (Management de l’énergie) en sont dispensées.

Pour les entreprises non soumises à cette obligation, les audits peuvent être subventionnés jusqu’à 50% par l’ADEME. Certaines CCI dans le cadre de partenariat proposent également des pré-diagnostics gratuits pour les entreprises dont la facture énergétique est inférieure à 50 k€/an.

L’audit énergétique comporte les éléments suivants:

  • un bilan des consommations  annuelles avec une évolution sur 3 ou 5 ans (à partir des factures)
  • une répartition de ces consommations par point ou familles (réalisée à partir du recueil de données terrains et documents fournis)
  • un point sur le management de l’énergie
  • des indicateurs de performance (plus ou moins bien pondérés)
  • des préconisations d’amélioration de l’efficacité énergétique.

Des éléments complémentaires pas toujours présents:

  • les potentiels énergétiques au niveau de l’énergie fatale (énergie perdue au niveau des cheminées, des tours de refroidissement, mais aussi dans l’eau qui part au caniveau)
  • un comparatif par rapport aux meilleures techniques disponibles
  • un synoptique: un schéma de synthèse, représentant les installations et les principaux réseaux de fluides, partant des énergies achetées et faisant apparaître les utilités, les principaux points ou familles de consommation, les systèmes de récupération, les pertes (et le tout avec les puissances et les consommations).

1- L’énergie fatale:

Cette énergie rejetée par les installations est souvent perdue. De nos jours, cette énergie peut être récupérée et réutilisée. Pour être pertinente et exploitable, l’analyse doit être effectuée équipement par équipement. Il faut penser à ces sources comme des sources chaudes , mais potentiellement aussi comme une source froide. Pour définir si une source est exploitable, 3 critères doivent être pris en considération: le débit, sa température et le temps (temps de fonctionnement et disponibilité au moment où vous en avez besoin, à moins que vous envisagez de la stocker). Un autre conseil: privilégier un usage local (sur l’équipement, puis sur la ligne et en dernier au niveau du site)

Quelques exemples:

1-  réutilisation sur une installation:
  • sur un équipement utilisant de l’eau chaude: installer un échangeur permettant de préchauffer l’eau neuve à partir de l’eau usée,
  • pour l’eau d’appoint d’une chaudière: préchauffer à partir des fumées ou des purges,
  • sur un sécheur: préchauffer l’air entrant grâce à l’air sortant.
2-  utilisation sur une installation en amont :
  • les rejets cheminées d’un four ou d’un autre équipement de cuisson: utiliser dans un sécheur.
  • utiliser l’eau à contre-courant: d’un équipement vers l’équipement précédent.
3-  sur le site:
  • sur les tours de refroidissement des compresseurs frigorifiques:  chauffer de l’eau à 60°C (production d’eau chaude ou chauffage bâtiments).
  • canaliser le flux de refroidissement des compresseurs d’air pour chauffer directement des bâtiments.

2- Le comparatif aux meilleures techniques disponibles:

Là aussi, un balayage plus systématique et documenté peut être appréciable.

Je vous conseille fortement d’aller voir le travail accompli par l’ADEME sur ce sujet. Pour chaque type d’équipements vous allez trouver « des conseils pour agir » comprenant un schéma ainsi qu’une check-list.

Ils ont classé les installations dans 4 familles, (cliquez sur le type d’équipements qui vous intéresse pour accéder directement au site):

 > utilités industrielles ( air comprimé, froid industriel, vapeur chaufferie, pompage)

>  les procédés (le séchage, les fours, la récupération et la valorisation de la chaleur)

>  conditionnement d’ambiance (le chauffage, la ventilation et extraction, climatisation et conditionnement d’ambiance)

> équipements électriques (l’éclairage, les moteurs électriques, les transformateurs de distribution)

 

Des informations sont également disponible dans le BREF  Industries agroalimentaires et laitières (affinez votre recherche grâce au sommaire: p19 à 39).

A tout hasard, le lien au site, vous êtes peut-être concernés et vous y trouverez un résumé technique téléchargeable dans les « Documents BREF »

 

3- Synoptique:

Tout simplement, parce qu’ « un  schéma vaut mieux qu’un long discours«  … que vous n’exploiterez pas.

 

 

La suite:  Investir pour économiser                                                                                      Retour:  Page d’accueil

 Pour plus d’informations: Me contacter